PATRIMOINE HISTORIQUE

Au cours des siècles, les habitants d’Urdaibai ont laissé leur empreinte sous forme de forteresses, de nécropoles ou de peintures rupestres. Un patrimoine qui nous permet de voyager à travers l’histoire.

Grottes de Santimamiñe

C’est site archéologique le plus important de Bizkaia, inscrit au Patrimoine de l’Humanité. Une grotte qui conserve des vestiges d’établissements humains de plus de 14 000 ans, une demi-centaine de peintures rupestres et de nombreuses formations de stalactites et de stalagmites d’une grande beauté. Elle se trouve dans la municipalité de Kortezubi, près de Gernika-Lumo Lire plus

SANTIMAMIÑE

Casa de Juntas et Arbre de Gernika

C’était le lieu où se réunissaient les hommes politiques et les seigneurs basques pour décider de l’avenir de notre peuple. Aujourd’hui, c’est l’endroit où le Lehendakari prête serment lors de sa prise de poste. Un bel ensemble architectural chargé d’histoire, c’est aussi le lieu où les fueros ont été constitués et qui fait de Gernika le berceau des libertés basques. Lire plus

árbol de Gernika

Ensemble historique de Forua

Formé par l’Eglise de San Martín de Tours et le village romain. L’Église abrite 2 000 ans d’histoire, constituant ainsi l’espace archéologique ayant la séquence historique la plus complète de Bizkaia. Le temple date du XVIe siècle, mais à l’intérieur se trouvent les vestiges d’un temple d’époque antérieure, d’une ancienne nécropole et de bâtiments de l’époque romaine. L’installation sur le sol d’une plate-forme en verre vous permet de profiter de ces vestiges cachés pendant des siècles.

L’église de San Martín de Tours est connectée aux vestiges de l’ancienne ville romaine de Forua, le principal établissement créé par Rome en Bizkaia. Créé au Ier siècle de notre ère sur une superficie de 6 hectares, elle a été habité jusqu’au Ve siècle, un lieu stratégique propice aux échanges commerciaux avec les autres centres côtiers du golfe du Cantabrique et de la côte Aquitaine. Pendant les mois d’été, des visites guidées sont organisées.

Yacimiento romano de Forua

Oppidum d’Arrola

Au sommet du mont Arrola, il y a 2300 ans, une forteresse a été construite pour abriter la population de la région. Un oppidum qui nous montre le mode de vie du 2e Âge de fer, avec ses murs, ses portes et ses fosses monumentales. C’est l’un des villages fortifiés les plus importants de l’est de la Cantabrie. Pour approfondir vos connaissances, vous pouvez également vous rendre à Arrolagune, le centre d’Interprétation de l’Oppidum (Barrio Loiola, Arratzu). Ici vous trouverez une exposition avec des panneaux et des illustrations, ainsi qu’une reconstitution d’une cabine de taille réelle. Des visites guidées de l’oppidum sont organisées pendant l’été et Arrolagune, Centre d’Interprétation, peut être visité le week-end, le matin.

Opidum-de-Arrola

San Miguel d’Ereñozar

Dans le village d’Ereño, dans un lieu privilégié offrant une vue imprenable, parmi les vestiges de ses murs, son paysage et ses légendes, se trouve le « sommet médiéval » de San Miguel de Ereñozar. La chapelle est visible de presque tous les coins de l’estuaire de Gernika et, depuis le sommet d’Ereñozar, il est possible de distinguer les montagnes de Durangaldea. En été, des visites guidées de ce sommet permettent de revivre l’une des étapes les plus inconnues de notre histoire. Les recherches archéologiques confirment une séquence historique du Moyen Âge à nos jours. Ses éléments principaux sont: une nécropole à différentes étapes, une paroisse et un château, aujourd’hui disparus.

La montée est relativement simple, sauf dans le dernier tronçon à forte pente. Se trouve à environ 40 minutes à pied d’Ereño. Et pendant les mois d’été, vous pourrez profiter de visites guidées du site.

San-Miguel-de-Erenozar

Forge Urtubiaga

Au fil du temps, les vestiges du moulin et de la Forge Urtubiaga, à Ea, se sont combinés avec son environnement bucolique. Les murs, les arches et les vieux barrages se reposent de leur passé industriel, comme source de richesse. Les premières références situent ce groupe industriel au XVe siècle. Aujourd’hui, ce sont des monuments d’intérêt culturel. Un joli sentier partant du centre historique d’Ea rejoint le moulin et la forge. Un circuit à pied, totalement accessible, d’une grande valeur naturelle et culturelle, qui suit les traces de l’ancien sentier traditionnel et du chenal d’eau de l’ancienne forge.

ferreria de Urtubiaga

Nécropole romaine de Tribisburu

Sur le mont Sollube, à plus de 500 m, se trouve le site romain de Tribisburu, une nécropole de crémation utilisée entre les années 1 et 3 de notre ère. Elle est formée par des enceintes en pierre de formes carrées en pierre, séparées les unes des autres par un étroit couloir, qui reproduisent les mausolées qui abritaient les restes du défunt une fois incinéré.

tribisburu

Port Romain de Portuondo

Une colonie romaine et éventuellement aussi un port de trafic maritime de cabotage. Des céramiques et des pièces de bronze romaines ont été localisées ici. Pour mieux comprendre le paysage de l’endroit il y a des milliers d’années, vous disposez de deux panneaux, l’un sur la jetée de l’île de Txatxrramendi et l’autre sur la promenade piétonne, parallèle à la voie ferrée. Des panneaux montrant une reconstitution du port romain dans ce qui pouvait être son activité habituelle.

portuondo

Refuges Antiaériens

Gernika disposait de plusieurs abris, publics et privés, d’une capacité de 3 000 personnes. De nos jours, ils sont conservés et deux d’entre eux sont visitables. Le refuge d’Astra, qui a sauvé la vie de ceux qui s’y sont abrités pendant plus de quatre heures lors du bombardement de 1937. Il a été construit en béton avec un plafond voûté pour plus de sécurité en cas d’impact. Cette construction était « dissimulée » sous un faux plafond qui à vol d’oiseau lui donnait l’apparence d’une maison. Et l’abri Pasealeku, avec des tunnels de 15 mètres de long sur plus de deux mètres de large et deux mètres de haut. Ici, vous pouvez vivre une expérience unique avec la reconstitution du bombardement, en images et en matériel sonore.

refugio gernika